THE EFFECT OF ORAL MOTOR ACTIVITY

THE EFFECT OF ORAL MOTOR ACTIVITY ON THE ATHLETIC PERFORMANCE OF PROFESSIONAL GOLFERS

Le contrôle de la motricité chez l’Homme est basé sur des processus sensorimoteurs complexes. Des recherches récentes ont montré que l’activité neuromusculaire du système cranio-mandibulaire (CMS) pourrait affecter le contrôle de la motricité. En particulier, des améliorations de la stabilité posturale et de la force musculaire ont été observées à la suite du serrement volontaire de la mâchoire. Les avantages potentiels des traitements orthodontiques pour corriger la RIA sur la force musculaire et la performance du golfeur ont également été décrits. Ces rapports sont cependant très contradictoires, et le rôle de l’occlusion est souvent floue.

Le but de cette étude est d’étudier l’effet du serrement des dents sur le rendement du golfeur, tant sur la précision de la direction, que de la longueur de la balle sur trois distances différentes. Les participants sont au nombre de 14, golfeurs professionnels de sexe masculin : sept ont un bruxisme nocturne et sept ne présentent pas de bruxisme. Les coups s’effectuent au hasard à 60m, 160m ou au drive sans limite tout en mordant sur une gouttière ou en serrant les dents, la position d’intercuspidie habituelle servant de contrôle. L’analyse statistique a révélé que l’occlusion dentaire avec ou sans gouttière n’affectait pas systématiquement la performance du golf, en ce qui concerne la précision ou la longueur des balles pour 60m, 160 m ou au driver. Ces résultats ont été consolidés en rajoutant des variables telles que la vitesse de la tête du club et la vitesse de la balle, mais sans effets significatifs.

Les résultats ont ainsi montré que les améliorations décrites précédemment ne sont apparemment pas transférables à des sports comme le golf. Cela pourrait être dû aux exigences divergentes de la motricité associant le contrôle postural et la force musculaire d’une part et à la coordination complexe d’un swing de golf de l’autre. Fait intéressant, les sujets sans bruxisme se sont nettement améliorés sur la distance de 60 m par rapport aux bruxomanes. En raison de l’étiologie multifactorielle des désordres parafonctionnels du système craniomandibualires, les auteurs concluent que les traitements dentaires ayant pour but d’améliorer la performance sportive sont complètement injustifiés.

Cet article présente un certain nombre d’inconnu relatif à l’occlusion dentaire et notamment à la contraction musculaire. Il faudrait aussi analyser la posture de ces golfeurs professionnels. Il faut des protocoles plus complexes pour pouvoir conclure.

Jean-Claude COMBADAZOU

(référence ouvrage cité : The effect of oral motor activity on the athletic performance of professional golfers (Les effets de l’occlusion dentaire sur les performances de golfeurs professionnels) Ringhof S1, Hellmann D2, Meier F1, Etz E2, Schindler HJ3, Stein T1)